Sécurisation foncière

La sécurité socioéconomique passe par la sécurisation foncière 

En 2011, dans le cadre du projet UrbaDTK1, UrbaSEN et la population de Djiddah Thiaroye Kao, ont pu réaliser une vaste campagne de cartographie foncière. Plus de 6000 concessions ont été cartographiées et les habitants recensés sur la base d’un énorme travail d’enquêtes de terrain.

Les données obtenues sont très précieuses pour la population. En effet, plus des deux tiers de la commune de DTK sont composés de quartiers informels, ce qui signifie que les habitants n’y disposent d’aucun document prouvant qu’ils sont les légitimes occupants de leur concession.

Pourtant, ces quartiers sont bâtis depuis plus de 60 ans, et la plus grande part de la population y est née. Cette situation, où la légitimité de l’occupation des habitants n’est ni documentée ni défendue, crée une grande insécurité. Elle rend tout investissement dans la qualité des quartiers risqués, facilite les abus de confiance lors des transactions, et complique la réalisation des infrastructures pourtant nécessaires. C’est encore plus vrai dans les quartiers inondables, où occuper sa maison en permanence n’est pas toujours possible.

UrbaSEN, en partenariat avec la Mairie de DTK et la population, a lancé en 2016 un projet d’émission d'attestation d’occupation foncière (AOF). Les AOF sont des documents validés en public, en présence de la population et des autorités locales. Elles comportent la liste des propriétaires (selon le droit coutumier), un extrait cartographique, des informations sur l’état foncier de la parcelle, et regroupent les documents justificatifs, s’ils existent, tels qu’actes de vente ou certificats d’héritages.

L’ensemble des documents est émis à la fois sous forme papier et stocké sous forme numérique, assurant une traçabilité complète du processus. Le travail cartographique, basé sur l’imagerie par drone léger, est d’une précision remarquable. Le processus dans son ensemble, bien que largement moins coûteux que les méthodes employées par les services cadastraux, rivalise clairement avec elles en matière de qualité des résultats, bien que n’étant pas des documents légaux, ces AOF sont aujourd’hui fortement défendues par la Mairie de DTK, bien décidée à aider ses habitants dans la sécurisation de leur occupation.

UrbaSEN continue à soutenir techniquement le projet, et, avec la Mairie, espère que le projet contribuera à pousser la législation sénégalaise à évoluer pour répondre à l’insécurité foncière qui menace une grande partie de la population urbaine du Sénégal.